Le lombricompostage, idéal en ville

Lombricomposteur

Tout le monde connait le compost mais beaucoup moins de gens savent ce que recouvre le lombricompostage. On pourrait résumer à dire qu’il s’agit de la même chose à une plus petite échelle mais ce serait insuffisant et incomplet.

Mise en place d’un lombricomposteur

Le principe du lombricompostage est de produire un terreau (riche en azote, phosphore, potassium, calcium et magnésium) permettant de fertiliser votre jardin ou vos pots de fleurs à partir des déchets organiques qui auront été transformés par des vers rouges. Ces derniers se nourrissent des épluchures mises dans le lombricomposteur et vont rejeter ce qui fera ce terreau. Je vous rassure, ils rejettent beaucoup moins, en volume, que ce qu’ils ont englouti : environ 5 fois moins. Et puis, ce terreau n’a pas d’odeur, ne craignez pas les odeurs pestilentielles !

Pour mettre en place votre lombricomposteur, vous avez deux solutions au choix : l’acheter ou le fabriquer vous-même. Pour l’achat, des fabricants en sont devenus spécialistes tels que Ecoworms, Lombribox ou Can-o-worms, par exemple. Ce sont d’ailleurs aussi auprès d’eux que vous vous procurerez les vers adaptés : Eisenia Fetida, Eisenia andrei ou Eisenia hortensis. Si vous êtes un tantinet bricoleur, sa fabrication n’est pas très compliquée. Vous trouverez différents tutoriels d’explication sur internet à partir de boites de polystyrène ou de bacs plastique empilables.

Vous pouvez le placer sur un balcon, dans votre cave, sous un abri, dans une buanderie, voire même dans une cuisine : attention car les vers craignent le gel et les grosses chaleurs. Ils sont au mieux de leur forme entre 15 et 30C°.

Quelles matières mettre dans le lombricomposteur ?

Lombricompostage

Les vers mangent à peu près tous vos restes d’alimentation, vos épluchures de fruits et légumes, les restes de pain émietté, les coquilles d’oeuf broyées qui équilibreront le Ph, les sachets de thé, le marc de café, etc. Il est à noter quelques exceptions à ne pas mettre au lombricomposteur : la viande, l’ensemble des produits laitiers, les pâtes et le riz (moisiront et attireront les mouches), les restes d’épices et d’herbes aromatiques, les agrumes, l’ail et la rhubarbe (effet vermifuge), l’oignon et le poireau (trop acide).

En dehors des déchets alimentaires, d’autres résidus peuvent être mis tels que les cheveux (riches en azote), le papier, les mouchoirs en papier, les boites d’oeufs ou encore quelques feuilles d’arbres (apport carboné).

L’arrivée de mouches, le manque d’humidité, les odeurs nauséabondes,une fermentation anaérobie sont les quelques petits soucis que vous pouvez rencontrer dans les premiers temps. Mais au bout de 3 mois, vous aurez atteint votre rythme de croisière et votre lombricomposteur fonctionnera à merveille vous permettant de commencer à récupérer le terreau du premier bac. Un engrais liquide très concentré est aussi à récupérer dans la cuve du fond du lombricomposteur : il devra être dilué dans 10 volumes d’eau pour arroser vos plantes.

Où que vous habitiez, quelle que soit la taille de votre foyer, faites l’essai. Et si vous avez des enfants, ce sera à la fois ludique et très instructif pour eux, en matière de recyclage et d’environnement.

Écrit par Marie le dans Environnement

Partager cette initiative

Commenter cette initiative

Nom

Adresse de contact

Site web

Commentaire

Code de sécurité : n2zh546gqf